GUERRES DE RELIGION, y'a du monde dans l'val !

 

 

Mourrons mais de mort lente…”(G. Brassens)

 

Le jeune moine allemand, Martin Luther, lors d’un séjour à Rome, est scandalisé par les excès de la vie des Borgia et du Pape.

 En 1505, il se considère comme désigné par Dieu, par l’intermédiaire de la foudre qui tombe à ses pieds sans le blesser, pour dénoncer cet état de fait ; ce qu’il fit.

 Jean Calvin, de Noyon, un temps étudiant à la faculté de Bourges, créee en 1463, et alors fort réputée pour l'enseignement du droit, entre en scène.

Humaniste, esprit ouvert et critique, charismatique, il séduit ses auditeurs qui à leur tour répandent  ses idées, il publie. Cela autorise le Vicomte de Brimont, à écrire que “le calvinisme est né en Berry” !

 

Après l’affaire des placards, affiches invitant à détruire les « idolâtres papistes », qui adoraient leur dieu, via la pâte de l'hostie, François 1er participe à Paris à une procession qui se termine par la crémation de 6 hérétiques. L’incendie est allumé, il ne sera contrôlé, pas éteint, qu’en 1598 par l’Edit de Nantes promulgué par Henri IV.

 

Entre 1562, massacre de Wassy et 1598, les historiens ont distingué 8 conflits majeurs, entrecoupés de pauses, et toujours marqués par d’indicibles horreurs.Les deux  adversaires les ont commises contre le camp adverse.

Belleville se situe entre des places protestantes, Gien, Sancerre nommée « la petite Rochelle, ou la fâcheuse montagne » avec le prince de Condé seigneur du lieu, Châtillon sur Loire, La Charité sur Loire, place de sûreté des protestants.

 En 1587, a lieu la huitième  guerre dite des trois Henri, Henri III, roi de France catholique, son allié Henri de Lorraine, 3° Duc de Guise, dit le balafré, contre Henri de Navarre alors protestant, le futur Henri IV.

Ce dernier est en position difficile dans le sud-ouest, en Guyenne. Il obtient le concours des huguenots allemands, de suisses et de protestants français, réunis sous les ordres du Duc de Bouillon. Ce sont 30 000  hommes qui traversent Alsace, Lorraine, Champagne, Bourgogne pour passer la Loire,et rejoindre le sud-ouest.

 En fin  d'été, période de basses eaux, Henri III, décide d’établir une ligne défensive sur la rive gauche de la Loire. Depuis La Charité jusqu’à Jargeau (en amont d'Orléans), il commande à 10 000 fantassins français, 12 000 mercenaires suisses, 2000 pionniers et dispose de 4 000 chevaux.

Des retranchements ont été terrassés, les villages ont été vidés de leurs vivres, les moulins, les fours détruits, les chemins dégradés, quant à la population...?

Le gué de Neuvy fut l’objet d’attentions particulières, 3 grosses embarcations prêtées par les mariniers de Loire, furent occupées par des mousquetaires armés de leurs mousquets et par de l’artillerie légère.

Le roi s’établit à Leray (Léré).

 L’ennemi protestant tenta le passage à plusieurs reprises, subit de trés lourdes pertes, découragé, il reflua, projetant de passer le fleuve loin en aval . Mais il fut défait prés de Montargis, à Vimory (26 et 27 octobre) et réduit à Auneau en Beauce.

 

Il est légitime de s’interroger quant à l’importante implantation protestante dans la région.

Paul Gache dans son ouvrage concernant « Briare avant le canal » apporte un éclairage. Il tire de l’oubli le traité Gien-Lucerne (Suisse) de 1484 qui rapprochait les 2 cités. Les genevois désireux de se rendre à Paris pour affaires, descendaient le Rhône, remontaient la Saône puis se laissaient porter par la Loire jusqu’à Gien. Là, un correspondant pouvait les accueillir avant qu’ils ne gagnent Paris par la route.

Cette voie depuis la cité de Calvin, ce cheminement occasionne un brassage d’hommes et d’idées. Elle permit aux concepts protestants de se répandre parmi les nobles, les notables influents, les gens éduqués, ouverts, perméables aux idées nouvelles, pour ce qui est de notre grande région.

 

Les qualités stratégiques de certains sites ont confronté cette présence. La dureté des dragonnades,en Berry, aprés la révocation de l'Edit de Nantes par Louis XIV, révèle cette implantation.

 

Pour information,  ces guerres sont à l'origine de 2 millions de victimes; le traité de Beaulieu signé en 1576 l’a été à Beaulieu-les-Loches non à Beaulieu-sur-Loire